logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Mises à jour sur les champignons médicinaux pour le cancer Par le Dr Michael Traub, ND, FABNO

L’étude scientifique des champignons médicinaux au cours des cinq dernières décennies a démontré leurs nombreux effets bénéfiques sur le cancer et d’autres maladies et a conduit au développement rapide d’entreprises manufacturières s’occupant de la culture commerciale des champignons. Au Japon et en Chine, les champignons médicinaux sont approuvés depuis plus de 30 ans en tant qu’adjuvants des traitements anticancéreux standard. Ils ont fait l’objet d’une longue série d’études cliniques démontrant leur innocuité en tant qu’agents uniques ou combinés à la radiothérapie ou à la chimiothérapie. J’ai récemment passé en revue les publications scientifiques des deux dernières années sur le thème des champignons médicinaux contre le cancer et j’aimerais mettre en lumière ici certaines des nouvelles informations. Je ferai d’abord quelques commentaires généraux sur les champignons médicinaux et le cancer, puis j’aborderai certains champignons couramment utilisés.

Un article russe publié au début de cette année applique de manière appropriée une perspective pragmatique sur l’efficacité relative de la mycothérapie en oncologie. Les auteurs déclarent : “Les changements épigénomiques irréversibles dans les cellules cancéreuses et leur immortalité réplicative en l’absence de cibles spécifiques au cancer devraient éliminer toute illusion quant à la possibilité fondamentale de bloquer pharmacologiquement le processus cancéreux une fois que l’oncogenèse a commencé.” Les effets des médecines traditionnelles et alternatives sur les unités clonogéniques du cancer dans une fourchette particulière peuvent conduire à une rémission prolongée…. dans cette optique, nous examinons attentivement les diverses possibilités qu’offre la mycothérapie pour contrôler l’activité cancéreuse…. la gamme susmentionnée est limitée aux cancers non disséminés et dépend de l’absence de gros ganglions tumoraux secondaires et de l’inépuisabilité des dépôts immunitaires après le traitement chimiothérapeutique. Le principal effet thérapeutique des (champignons) est l’immunité médiée par la dectine-1, y compris la reprogrammation des cellules dendritiques, qui augmente considérablement la période pendant laquelle les tumeurs génèrent une tolérance immunitaire. L’effet inhibiteur des champignons sur les médiateurs de la signalisation proliférative est moins important. La mycothérapie n’est qu’un des outils qui peuvent être utilisés pour équilibrer la rémission.1

Les bêta-glucanes, le principal composé actif des extraits de champignons et des mycéliums, posent des problèmes de qualité. Il existe peu de normes et de nombreux produits frauduleux contenant des polysaccharides se retrouvent sur le marché. On estime que plus de 90 % du β-glucan sur le marché est contrefait et falsifié. La production de mycélium à grande échelle dans des bioréacteurs, bien que rentable, ne permet pas toujours d’obtenir des produits de haute qualité. Les substrats bon marché utilisés pour la culture des mycéliums, tels que les déchets agricoles, peuvent contenir des contaminants et des allergènes (soja, lactosérum, blé, maïs, orge, œuf).2

Bien que des études épidémiologiques antérieures sur la consommation de champignons alimentaires dans les populations asiatiques aient été associées à un risque de cancer plus faible,3 Cette étude de cohorte prospective a porté sur des femmes et des hommes exempts de cancer au départ : 68 327 femmes (Nurses’ Health Study, 1986-2012) et 44 664 hommes (Health Professionals Follow-up Study, 1986-2012). La consommation de champignons basée sur un questionnaire biennal validé sur la fréquence des aliments a révélé qu’en 26 ans de suivi, avec 22 469 cas de cancer incidents, 5 portions ou plus de champignons par semaine ne présentaient pas de différence significative de risque de cancer spécifique au site chez les femmes et les hommes américains par rapport à ceux qui ne mangeaient pas de champignons.4 Ces résultats discordants peuvent être dus à des variables génétiques et épigénétiques dans les différentes populations.

Le Trametes versicolor (anciennement connu sous le nom de Coriolus versicolor) reste le champignon le plus documenté dans les essais cliniques pour ses bienfaits contre le cancer. La PSP, un polysaccharide extrait de Trametes, s’est déjà avérée efficace pour renforcer le statut immunitaire des patients atteints de cancer du poumon, du col de l’utérus, de l’ovaire, de l’estomac et de l’œsophage lorsqu’elle est utilisée comme adjuvant à la chimiothérapie.5 Une revue chinoise de la PSP publiée cette année a confirmé qu’elle active et améliore la fonction et la capacité de reconnaissance des cellules immunitaires, renforce la phagocytose des macrophages, augmente l’expression de NF-α, IL-1β et IL-6, de l’histamine et de la prostaglandine E, stimule la filtration des cellules dendritiques et des cellules T dans les tumeurs et améliore les effets indésirables associés à la chimiothérapie.6

Le Grifola frondosa (Maitake) a été approuvé comme médicament d’appoint pour le traitement du cancer en Chine en 2010. Cette année, He et al. ont publié une revue de 108 études sur le champignon, y compris des recherches sur ses propriétés anti-tumorales et immunomodulatrices.7 Le polysaccharide de Grifola frondosa (GFP) ou fraction D est le principal ingrédient biologiquement actif. À l’exception de la GFP, la grande majorité des autres préparations à base de polysaccharides de Grifola sont inefficaces lorsqu’elles sont prises par voie orale. La GFP renforce principalement l’immunité et améliore la capacité de l’organisme à détruire les cellules tumorales. Cependant, dans les articles retrouvés pour cette revue, la plupart des études étaient des essais précliniques réalisés sur des cellules cultivées et des modèles animaux. Ces résultats devraient être confirmés par des essais cliniques sur des patients.

Deux revues ont été publiées cette année sur Lentinula edodes (Shiitake) et son composant actif, le lentinane. Dans la première revue, 9474 cas de traitement associés au lentinan ont été évalués et résumés à partir de 135 études indépendantes menées en Chine entre 2004 et 2016 sur divers cancers, notamment le cancer du poumon, le cancer gastrique, le cancer colorectal, le cancer de l’ovaire, le cancer du col de l’utérus, le lymphome non hodgkinien, le cancer du pancréas, le cancer du cœur, le cancer du nasopharynx et le cancer du duodénum, montrant des effets solides d’amélioration de la qualité de vie et d’efficacité de la chimiothérapie et de la radiothérapie.8 Le deuxième article passe en revue les données cliniques présentées au cours des 12 dernières années, qui montrent que le lentinan est efficace non seulement pour améliorer la qualité de vie, mais aussi pour favoriser l’efficacité de la chimiothérapie pendant le traitement du cancer du poumon. Le taux de réponse global dans le traitement du cancer du poumon est passé de 43,3 % chez les patients recevant une chimiothérapie seule à 56,9 % dans le cas de lentinan associé à une chimiothérapie (p<0,001).9

Inonotus obliquus (Chaga), malgré sa popularité, n’a fait l’objet d’aucun essai clinique sur l’homme.10 Seules des études cellulaires et des modèles de cancer chez la souris permettent de le recommander à l’heure actuelle. Le chaga contient également des concentrations extrêmement élevées d’oxalate, et un cas de néphropathie à l’oxalate dû à la poudre de champignon chaga (4 à 5 cuillères à café par jour) prise pendant six mois pour traiter un cancer du foie incite à la prudence en cas d’utilisation prolongée de ce champignon.11

Agaricus bisporus (champignon de Paris) a donné de bons résultats dans une étude préliminaire menée auprès d’hommes atteints d’un cancer de la prostate récurrent sur le plan biochimique.12 J’ai conçu une étude de suivi avec Nutritional Fundamentals for Health, qui a récemment été financée. Nous essayons de reproduire ces résultats dans une étude portant sur des patients atteints de cancer de la prostate et d’évaluer les polymorphismes de nucléotides simples SNP pour les répondeurs et les non-répondeurs.

Références :

  1. Zmitrovich IV et al. Int J Med Mushrooms. 2019;21(2):105-119
  2. Berovic M. Adv Biochem Eng Biotechnol 2019;169:3-25.
  3. Shin A, et al. Nutr Cancer. 2010;62(4):476-83.
  4. Lee DH, et al. Cancer Prev Res (Phila). 2019 Aug;12(8):517-526.
  5. Eliza WL et al. Reetn Pat Inflamm Allergy Drug Discov. 2012;6(1):78-87
  6. Dou H et al. Prog Mol Biol Transl Sci. 2019;163:361-381
  7. He Y et al. 2019;163:221-261
  8. Zhang M et al. Prog Mol Biol Transl Sci. 2019;163:297-328.
  9. Zhang Y et al. J Cancer Res Clin Oncol. 2018 Nov ; 144(11):2177-2186.
  10. Duru KC Phytother Res. 2019 Aug;33(8):1966-1980
  11. Kikuchi Y et al. Clin Nephrol. 2014 Jun;81(6):440-4.
  12. Twardowski, MD et al. Le cancer. 2015 Sep 1;121(17):2942-50.

Ce billet vous plaît ?