logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Définition, évaluation et traitement naturopathique du POTS Par Dr Carissa Doherty, ND

Qu’est-ce que le POTS ?

Le syndrome de tachycardie orthostatique posturale (POTS) est un trouble multifactoriel hétérogène caractérisé par une tachycardie orthostatique et une intolérance, qui peuvent altérer la qualité de vie (1). Les symptômes du POTS peuvent être induits par un déconditionnement physique, des facteurs immunologiques, une hypovolémie, un dysfonctionnement autonome, un tonus sympathique élevé et une accumulation veineuse (1).

Les symptômes du POTS sont les suivants (2):

Symptômes cardiovasculaires :

  • Étourdissement (99 %)
  • Tachycardie (97 %)
  • Pré-syncope (94 %)
  • Essoufflement (88 %)
  • Palpitations (87 %)
  • Douleurs thoraciques (79 %)
  • Pression artérielle basse (71 %)
  • Syncope (36 %)

Symptômes gastrointestinaux :

  • Nausées (90 %)
  • Douleurs d’estomac (83 %)
  • Ballonnements (79 %)
  • Constipation (71 %)
  • Diarrhée (69 %)

Symptômes neurologiques (tête et cerveau) :

  • Maux de tête (94 %)
  • Difficultés de concentration (94 %)
  • Problèmes de mémoire (87 %)
  • Tremblements (78 %)

Symptômes neurologiques (yeux et oreilles) :

  • Troubles de la vision (75 %)
  • Bouche sèche (66 %)
  • Sécheresse des yeux (60 %)

Symptômes neurologiques (extrémités) :

  • Douleurs musculaires (84 %)
  • Pieds froids (94 %)
  • Faiblesse musculaire (83 %)
  • Froideur des mains (82 %)
  • Picotements dans les mains (76 %)
  • Picotements dans les pieds (67 %)
  • Engourdissement de la main (65 %)
  • Engourdissement du pied (58 %)

Symptômes cutanés :

  • Bouffées de chaleur sur la peau (69 %)

Symptômes de la vessie :

  • Mictions fréquentes (68 %) (2)

Quelle est la pathophysiologie du POTS ?

La plupart des patients atteints de POTS ont un volume cardiaque faible, ce qui peut provoquer une tachycardie sinusale (3). Il existe trois sous-groupes connus de POTS, à savoir l’augmentation du tonus du système nerveux sympathique (c’est-à-dire le POTS hyperadrénergique), la dénervation sympathique périphérique partielle entraînant une hypovolémie centrale relative (c’est-à-dire le POTS neuropathique) et l’hypovolémie (c’est-à-dire l’hypovolémie absolue) (3).

Les symptômes hyper adrénergiques peuvent inclure des tremblements, de l’anxiété, des migraines et des douleurs thoraciques de type angineux (4). Les symptômes neurologiques liés à l’accumulation de sang comprennent les vertiges, les étourdissements, les maux de tête, les migraines, le brouillard cérébral, la fatigue et les anomalies du sommeil. La stimulation du système nerveux sympathique, qui est de nature gastro-intestinale, comprend la gastroparésie (paralysie de l’estomac), la vidange gastrique rapide, la motilité altérée, la charge fécale, les nausées et les vomissements (4).

Le syndrome de tachycardie orthostatique posturale peut avoir une cause immunologique (4). De nombreux patients décrivent une apparition post-virale, et 15 à 20% des patients atteints de POTS rapportent des antécédents de troubles auto-immuns tels que la thyroïdite de Hashimoto, la polyarthrite rhumatoïde ou le syndrome de Sjögren (5).

Le POTS est-il fréquent ?

Les experts ont estimé que jusqu’à 3 millions d’Américains pourraient être touchés, et potentiellement 70 millions dans le monde (1). Une étude menée en Chine a rapporté que 6,8 % des adolescents répondaient aux critères cliniques du POTS (6). Le POTS est une maladie neurocardiovasculaire courante, représentant environ 32,2 % de tous les cas de syncope correspondants (1). Le POTS est l’une des formes les plus courantes de dysfonctionnement autonome (1).

Définition clinique du POTS

  • Une augmentation soutenue de la fréquence cardiaque d’au moins 30 battements/minute dans les 10 minutes suivant la position debout ou l’inclinaison de la tête vers le haut. Pour les personnes âgées de 12 à 19 ans, l’augmentation requise de la fréquence cardiaque est d’au moins 40 battements/minute.
  • Absence d’hypotension orthostatique (c’est-à-dire pas de baisse soutenue de la pression artérielle systolique [BP] [PA] de 20 mmHg ou plus)
  • Symptômes fréquents d’intolérance orthostatique en position debout, avec amélioration rapide lors du retour en position couchée. Les symptômes peuvent inclure des étourdissements, des palpitations, des tremblements, une faiblesse généralisée, une vision floue et de la fatigue.
  • Durée des symptômes pendant au moins trois mois (7).

Comment évaluer le POTS

  • Un test sur table basculante, parfois appelé test passif d’inclinaison de la tête vers le haut (HUTT). Cette procédure permet d’enregistrer la pression artérielle et la fréquence cardiaque chaque minute pendant que le patient est incliné sur une table à différents niveaux.
  • Prise de sang par intraveineuse pour mesurer l’adrénaline.
  • Un brassard de tension artérielle est posé sur les deux bras et l’activité électrique du cœur est mesurée (1,3).

Réglez d’abord le POTS dans un cas

Pourquoi est-il important de traiter d’abord le POTS dans un cas ?

Le POTS a un impact sur le système circulatoire, tant au niveau du volume sanguin que de l’inflammation. Si un patient souffre de POTS et d’une autre maladie, le POTS a un impact mécanique sur la réussite du traitement de toute autre maladie. Il n’y aurait littéralement pas la capacité du protocole à être délivré par le sang au système qui a besoin de soutien.

Pourquoi le POTS est-il pertinent aujourd’hui ?

Des rapports récents indiquent que 2% à 14 % des survivants de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) développent le POTS et que 9% à 61% d’entre eux présentent des symptômes semblables au POTS, tels que la tachycardie, l’intolérance orthostatique, la fatigue et les troubles cognitifs, dans les 6 à 8 mois suivant l’infection par le coronavirus 2 du syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2) (5). “Séquelles post-aiguës du syndrome SARS-CoV-2”, “syndrome post-maladie à coronavirus 2019 (COVID-19)”, ou “COVID longue” et sont généralement définis comme des symptômes qui persistent pendant plus de quatre semaines après la maladie aiguë (8).

Certains chercheurs soutiennent que la COVID longue est causée par des micro-caillots de fibrine amyloïde qui obstruent les capillaires et limitent le passage des globules rouges, et donc l’échange d’oxygène, ce qui pourrait être le mécanisme de la majorité de ces symptômes de la COVID longue (9,10,11).

Traitement non pharmacologique du POTS

  • Eau 3 L/d
  • Sel 5 mL/j (2 c. à thé/j)
  • Vêtements de compression à hauteur de la taille (1,3,13)

Hypovolémie

Lorsque les personnes atteintes de POTS se lèvent, cela provoque un déplacement gravitationnel rapide d’environ 500 à 700 ml du volume sanguin central vers les lits vasculaires splanchniques et des extrémités inférieures (14). Cela provoque une accumulation veineuse et diminue le retour du sang vers le cœur, ce qui entraîne une baisse du volume sanguin thoracique d’environ 30%, ce qui diminue le volume d’attaque et le débit cardiaque (14). Le principal traitement du POTS consiste à tenter de réapprovisionner le volume sanguin.

Thérapie de réhydratation orale au sel

L’administration orale de sel et d’eau a été recommandée pour réduire les symptômes de l’intolérance orthostatique. Une étude à 2000 mg de sel a montré que la solution de réhydratation orale (sel avec eau et glucose ou SRO) est une thérapie pratique, sûre et efficace pour le soulagement à court terme de l’intolérance orthostatique (14,15). Les patients sont encouragés à consommer des boissons électrolytiques pour augmenter la pression osmotique et maintenir les liquides dans l’espace intravasculaire. La justification est l’expansion du volume intravasculaire pour compenser l’hypovolémie intravasculaire et la mise en commun orthostatique. Les directives consensuelles ont recommandé, en plus de boire 2 à 3 L d’eau par jour, du chlorure de sodium, 8 à 12 g/d (350 à 520 mmol/d de sodium) (14,15).

Il existe 5 sous-types de POTS basés sur sa pathophysiologie : trois sont connus et deux sont anecdotiques.

Connu

  • Hypovolémique
  • Hyper adrénergique
  • Neuropathique

Anecdotique

  • Liées au système immunitaire (MCAS/Inflammation des vaisseaux sanguins) (12)
  • Microcirculation (1,3,14,16,17,18)

Idées de traitements naturopathiques :

  • Un volume sanguin faible ou hypovolémique est mieux traité par du sel (1,3,14).
  • Les mécanismes hyper adrénergiques du POTS ont des stratégies de traitement potentielles qui comprennent des moyens de métaboliser l’adrénaline dans le foie et des moyens de bloquer l’activité des récepteurs de l’adrénaline. Les nutriments permettant de métaboliser l’adrénaline comprennent l’inositol, la B12, le magnésium et les vitamines B (15). Les mécanismes potentiels pour entraver l’adrénaline dans l’organisme comprennent le valarian et la mélatonine (15).
  • Les supports neurogènes tels que la B1, le sulfate, la B12, la CoQ10, la carnitine, l’acide alpha-lipoïque et la B6 (19,20).
  • L’inflammation des vaisseaux sanguins peut inclure une activation des mastocytes. Les stratégies de traitement possibles incluent l’utilisation du zinc et de la quercétine pour les propriétés ionophores du zinc et les propriétés anti-inflammatoires de la quercétine, y compris la propriété anti-histaminique (12).
  • Le soutien de la microcirculation dans le POTS peut inclure les soutiens suivants : des herbes comme le ginko, l’extrait de pépins de pamplemousse, l’aubépine, et un soutien en micronutriments comme la carnitine, la vitamine E, la coenzyme Q10, la vitamine C et la phosphatidycholine (16,17,18). Le soutien de la microcirculation doit inclure la production d’oxyde nitrique (17).

Les interventions pharmaceutiques pour le POTS sont utiles pour soulager les symptômes, mais elles ne traitent pas l’inflammation en aval qui se produit après la réaction importante à un faible volume sanguin. Le sel, en tant que traitement primaire du POTS, est sous-utilisé en tant que recommandation, souvent verbalement par les patients à qui l’on dit de manger plus d’aliments salés, mais sans leur donner les quantités de sel ou les autres électrolytes à donner.

Les interventions naturopathiques, ainsi que le sel, travailleront en synergie pour aider à traiter la cause profonde du POTS au lieu de se contenter de traiter l’inflammation et les réactions que provoque le POTS.

Un test simple du POTS pour informer les patients

Demandez aux patients de vérifier leur fréquence cardiaque tout en leur rappelant que la fréquence cardiaque correspond aux battements par minute. Demandez aux patients de vérifier leur fréquence cardiaque dans trois positions, dans l’ordre suivant :

  • Assis
  • Allongé
  • Debout

La fréquence cardiaque de l’adulte doit se situer dans la fourchette de la normale, soit 55 à 75 battements par minute (bpm). S’il y a une élévation de la fréquence cardiaque de plus de 30 points en position debout immédiatement ou même après 10 minutes, pensez au diagnostic de POTS.

Références :

  1. Raj, S. R. (2021, Nov 25). Postural orthostatic tachycardia syndrome (POTS): Priorities for POTS care and research from a 2019 National Institutes of Health Expert Consensus Meeting – Part 2. Autonomic Neuroscience: Basic and Clinical. 2021. Vol. 235 Pages 102836. DOI: 10.1016/j.autneu.2021.102836
  2. B. H. Shaw, L. E. Stiles, K. Bourne, E. A. Green, C. A. Shibao, L. E. Okamoto, et al. The face of postural tachycardia syndrome – insights from a large cross-sectional online community-based survey. Journal of Internal Medicine 2019 Vol. 286 Issue 4 Pages 438-448. DOI: doi.org/10.1111/joim.12895.
  3. Satish R. Raj, Artur Fedorowski and Robert S. Sheldon. Diagnosis and management of postural orthostatic tachycardia syndrome. CMAJ March 14, 2022 194 (10) E378-E385; DOI: 10.1503/cmaj.211373
  4. A. D. Desai, B. C. Boursiquot, C. J. Moore, R. Gopinathannair, M. P. Waase, G. A. Rubin, et al. Autonomic dysfunction post-acute COVID-19 infection. HeartRhythm Case Rep 2022 Vol. 8 Issue 3 Pages 143-146. DOI: 10.1016/j.hrcr.2021.11.019.
  5. Ståhlberg M, Reistam U, Fedorowski A, Villacorta H, Horiuchi Y, Bax J, Pitt B, Matskeplishvili S, Lüscher TF, Weichert I, Thani KB, Maisel A. Post-COVID-19 Tachycardia Syndrome: A Distinct Phenotype of Post-Acute COVID-19 Syndrome. Am J Med. 2021 Dec;134(12):1451-1456. doi: 10.1016/j.amjmed.2021.07.004.
  6. Lin J, Han Z, Li X, Ochs T, Zhao J, Zhang X, Yang J, Liu P, Xiong Z, Gai Y, Tang C, Du J, Jin H. Risk factors for postural tachycardia syndrome in children and adolescents. PLoS One. 2014 Dec 4;9(12):e113625. doi: 10.1371/journal.pone.0113625.
  7. Sheldon, Robert S, Grubb, Blair P 2nd, Olshansky, Brian, Shen, Win-Kuang, Calkins, Hugh, Brignole, Michele, Raj, Satish R, Krahn, Andrew D, Morillo, Carlos A, Stewart, Julian M, Sutton, Richard, Sandroni, Paola Friday, Karen J, Hachul, Denise Tessariol, Cohen, Mitchell I, Lau, Dennis H, Mayuga, Kenneth A, Moak, Jeffrey P, Sandhu, Roopinder K, Kanjwal, Khalil eng. 2015 heart rhythm society expert consensus statement on the diagnosis and treatment of postural tachycardia syndrome, inappropriate sinus tachycardia, and vasovagal syncope. Heart Rhythm. 2015 Jun;12(6):e41-63. doi: 10.1016/j.hrthm.2015.03.029.
  8. C. K. Ormiston, I. Świątkiewicz and P. R. Taub. Postural orthostatic tachycardia syndrome as a sequela of COVID-19. Heart Rhythm 2022 Vol. 19 Issue 11 Pages 1880-1889. DOI: 10.1016/j.hrthm.2022.07.014
  9. Kell, D. B., Laubscher, G. J., Pretorius, E. A central role for amyloid fibrin microclots in long COVID/PASC: origins and therapeutic implications. Biochem J. 2022. Volume 479. Issue 4. Pages 537-559. DOI: 10.1042/BCJ20220016
  10. E. Pretorius, M. Vlok, C. Venter, J. A. Bezuidenhout, G. J. Laubscher, J. Steenkamp, et al. Persistent clotting protein pathology in Long COVID/Post-Acute Sequelae of COVID-19 (PASC) is accompanied by increased levels of antiplasmin. Cardiovascular Diabetology 2021 Vol. 20 Issue 1 Pages 172. DOI: 10.1186/s12933-021-01359-7
  11. M. Zuin, M. M. Engelen, S. Barco, A. C. Spyropoulos, T. Vanassche, B. J. Hunt, et al. Incidence of venous thromboembolic events in COVID-19 patients after hospital discharge: A systematic review and meta-analysis.Thrombosis Research 2022 Vol. 209 Pages 94-98. DOI: 10.1016/j.thromres.2021.11.029. DOI: 10.1016/j.autneu.2018.05.001
  12. T. A. Doherty and A. A. White. Postural orthostatic tachycardia syndrome and the potential role of mast cell activation. Autonomic Neuroscience: Basic and Clinical 2018 Vol. 215 Pages 83-88
  13. M. Garland Emily, A. Gamboa, C. Nwazue Victor, E. Celedonio Jorge, Y. Paranjape Sachin, K. Black Bonnie, et al. Effect of High Dietary Sodium Intake in Patients With Postural Tachycardia Syndrome. Journal of the American College of Cardiology 2021 Vol. 77 Issue 17 Pages 2174-2184. DOI: 10.1016/j.jacc.2021.03.005
  14. M. S. Medow, K. Guber, S. Chokshi, C. Terilli, P. Visintainer and J. M. Stewart. The Benefits of Oral Rehydration on Orthostatic Intolerance in Children with Postural Tachycardia Syndrome. The Journal of Pediatrics 2019 Vol. 214 Pages 96-102. DOI: 10.1016/j.jpeds.2019.07.041
  15. E. A. Green, B. K. Black, I. Biaggioni, S. Y. Paranjape, K. Bagai, C. Shibao, et al. Melatonin reduces tachycardia in postural tachycardia syndrome: a randomized, crossover trial. Cardiovasc Ther 2014 Vol. 32 Issue 3 Pages 105-12. Accession Number: 24495468 PMCID: PMC3999238 DOI: 10.1111/1755-5922.12067
  16. J. M. Stewart. Microvascular Filtration Is Increased in Postural Tachycardia Syndrome. Circulation 2003 Vol. 107 Issue 22 Pages 2816-2822. DOI: doi:10.1161/01.CIR.0000070951.93566.FC
  17. J. M. Stewart, A. Nafday, A. J. Ocon, C. Terilli and M. S. Medow. Cutaneous constitutive nitric oxide synthase activation in postural tachycardia syndrome with splanchnic hyperemia. American Journal of Physiology-Heart and Circulatory Physiology 2011 Vol. 301 Issue 3 Pages H704-H711. Accession Number: 21642500 DOI: 10.1152/ajpheart.00171.2011
  18. L. B. Weinstock, J. B. Brook, T. L. Myers and B. Goodman. Successful treatment of postural orthostatic tachycardia and mast cell activation syndromes using naltrexone, immunoglobulin and antibiotic treatment. BMJ Case Rep 2018 Vol. 2018. Accession Number: 29326369 PMCID: PMC5778345 DOI: 10.1136/bcr-2017-221405
  19. S. Blitshteyn. Vitamin B1 deficiency in patients with postural tachycardia syndrome (POTS). Neurological Research 2017 Vol. 39 Issue 8 Pages 685-688. DOI: 10.1080/01616412.2017.1331895
  20. T. Öner, B. Guven, V. Tavli, T. Mese, M. M. Yılmazer and S. Demirpence. Postural Orthostatic Tachycardia Syndrome (POTS) and Vitamin B12 Deficiency in Adolescents. Pediatrics 2014 Vol. 133 Issue 1 Pages e138-e142. DOI: 10.1542/peds.2012-3427

Ce billet vous plaît ?