logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Efficacité de l’AEP oméga-3 à haute dose : Prévention et gestion des troubles chroniques, y compris les maladies cardiovasculaires, par Dr Bruce Holub, PhD

L’augmentation des apports en acides gras oméga-3 polyinsaturés à longue chaîne sous la forme d’acide eicosapentaénoïque AEP (20:5 n-3), dont la chaîne comporte 20 atomes de carbone et 5 doubles liaisons (sites d’insaturation entre des atomes de carbone adjacents dans la molécule), et de ADH (22:6 n-3), dont la chaîne comporte 22 atomes de carbone et 6 doubles liaisons, est bien connue pour ses effets bénéfiques sur la santé humaine. Il s’agit notamment de la prévention et de la gestion complémentaire d’un large éventail de troubles chroniques. De nombreuses études humaines et essais cliniques publiés dans la littérature médicale/nutritionnelle évaluée par des pairs et présentant de tels avantages pour la santé ont fourni de l’AEP et/ou du ADH par le biais de compléments alimentaires à des niveaux quotidiens sûrs mais bien supérieurs aux apports alimentaires typiques de l’Amérique du Nord. Les sources alimentaires d’AEP et de ADH se trouvent principalement dans le poisson et les fruits de mer, les niveaux de ADH prédominant généralement sur l’AEP. Cependant, les faibles taux de consommation de poisson au Canada et aux États-Unis (en moyenne 1 à 1,5 portion/personne/semaine), dont seule la minorité est constituée de poissons à forte teneur en oméga-3, sont responsables des très faibles apports journaliers en acides gras oméga-3 à longue chaîne (1).

Une première publication de notre laboratoire de l’Université de Guelph a révélé que l’apport moyen d’AEP chez les femmes enceintes n’était que de 35 mg/personne/jour (2). Sur la base d’un apport énergétique quotidien de 2000 kcal/adulte/jour, une étude américaine très récente (la National Health and Nutrition Examination Survey) a rapporté que les apports en AEP chez des adultes de sexe mixte âgés de 20 à 55 ans n’étaient en moyenne que de 36 mg/personne/jour (1). Ces apports très faibles sont bien en deçà des apports cibles minimaux d’AEP pour la santé générale de 220 mg d’AEP/adulte/jour comme recommandé et d’un apport combiné d’AEP+ADH d’au moins 650 mg/adulte/jour (3). Les poissons/fruits de mer contiennent généralement beaucoup plus de ADH que d’AEP.

À l’exception de l’accent mis sur le ADH chez les femmes enceintes, les mères allaitantes et les nourrissons, les recommandations traditionnelles concernant les apports en acides gras oméga-3 à longue chaîne émises par les organisations gouvernementales et de santé nationales et internationales pour la population adulte générale ont principalement porté sur des apports cibles combinés AEP + ADH (4). Depuis de nombreuses années, les acides gras oméga-3 à longue chaîne sont reconnus et recommandés au niveau mondial pour un large éventail de maladies chroniques, notamment les maladies coronariennes, la polyarthrite rhumatoïde, la démence et la dépression.

Avec la disponibilité de suppléments hautement enrichis en AEP pour les essais cliniques sur l’homme, des preuves solides ont été obtenues pour indiquer les avantages indépendants pour la santé de la supplémentation en oméga-3 AEP lorsque des apports quotidiens bien supérieurs à ceux qui peuvent être facilement obtenus à partir de sources alimentaires sont utilisés. Ces informations font l’objet de la présente lettre d’information.

Des études ont indiqué qu’une supplémentation en concentrés d’AEP fournissant des apports allant jusqu’à 1000 – 2000 mg d’AEP/jour (seuls ou en complément d’un traitement médical) peut offrir des effets bénéfiques dans la gestion des personnes souffrant de dépression légère ou modérée, comme cela a été récemment examiné (5). Bien que l’AEP ne soit pas concentré dans le cerveau, contrairement au ADH, il traverse la barrière hémato-encéphalique et les mécanismes d’action bénéfiques suggérés pour l’impact antidépresseur comprennent des effets anti-inflammatoires et autres. Des niveaux plus élevés d’AEP dans le sang circulant, résultant directement d’un apport plus important en AEP, ont été associés à une diminution de la gravité des symptômes dépressifs et à une diminution du risque de démence (6). Des recherches récentes menées au Massachusetts General Hospital suggèrent que les personnes dépressives qui sont en surpoids et présentent une activité inflammatoire élevée pourraient être de particulièrement bons candidats au traitement par l’AEP. Bien que la supplémentation en AEP semble aider à prévenir ou à atténuer les symptômes de la ménopause (y compris les bouffées de chaleur) et la gravité de divers troubles de l’humeur ou d’autres conditions psychiatriques (7), davantage d’essais de recherche clinique sont nécessaires pour établir la dose quotidienne nécessaire et l’efficacité globale. Très récemment, on a constaté qu’une supplémentation en AEP à forte dose (à 1 200 mg d’AEP/jour) sur une période de 12 semaines chez des jeunes (6-18 ans) souffrant de TDAH améliorait les symptômes cognitifs (attention et vigilance) chez ceux qui avaient un faible statut en AEP à l’entrée, mais pas chez ceux qui avaient des niveaux initiaux élevés d’AEP (8).

L’étude clinique récemment publiée dans le New England Journal of Medicine (9), connue sous le nom d’essai “REDUCE-IT”, a mis en évidence les avantages prononcés pour la santé d’une supplémentation quotidienne en AEP contre les événements indésirables et les décès chez les personnes présentant un risque de maladies cardiovasculaires. Historiquement, l’essai “JELIS” mené au Japon (10) a été le premier essai clinique randomisé à démontrer un bénéfice cardiovasculaire supplémentaire lorsqu’il est ajouté au régime des sujets recevant des statines pour réduire le taux de cholestérol sanguin. Parmi les sujets, 14 981 n’avaient pas de maladie cardiovasculaire (MC) à l’entrée (cohorte de prévention primaire) et 3664 avaient une MC documentée (cohorte de prévention secondaire). Dans le groupe des oméga-3, l’AEP a été administré à un niveau d’apport de 1 800 mg/jour sur une période de 4,6 ans. Par rapport aux sujets témoins ne recevant pas d’AEP, les sujets supplémentés en AEP ont présenté une réduction significative de 19 % des événements coronariens majeurs (mort cardiaque subite, infarctus du myocarde, angine instable et nécessité d’une chirurgie cardiaque) par rapport aux témoins. La supplémentation en AEP a réduit de 53 % le risque d’événements coronariens majeurs dans le sous-groupe à haut risque.

Une caractéristique assez unique de l’essai REDUCE-IT (9) était l’ingestion quotidienne d’une dose quotidienne relativement élevée d’AEP, soit 4 grammes (4000 mg). Au total, 8179 sujets ont été inscrits/randomisés dans l’essai, la moitié recevant 2000 mg d’AEP deux fois par jour avec de la nourriture et l’autre moitié servant de contrôle en recevant des capsules placebo. Les sujets de sexe mixte (âge moyen de 64 ans) avaient une maladie cardiovasculaire connue ou un diabète avec au moins un facteur de risque supplémentaire. Les sujets présentaient un taux de triglycérides sanguins à jeun d’au moins 135 mg/100 ml et recevaient des statines pour réduire le taux de cholestérol sanguin. Les sujets ont été suivis pendant une durée de 4,9 ans.

Les principaux résultats cardiovasculaires globaux (décès cardiovasculaire, infarctus du myocarde non fatal, accident vasculaire cérébral, angine instable, nécessité d’une chirurgie coronaire) ont été significativement réduits avec une réduction du risque de 25% dans le groupe AEP par rapport aux témoins. On a également constaté une réduction de 35% de la nécessité d’une chirurgie cardiaque urgente, une réduction de 32% des hospitalisations pour angine instable et une réduction de 38% des accidents vasculaires cérébraux mortels ou non. Les mécanismes suggérés pour les bienfaits de l’AEP comprennent la réduction des niveaux de triglycérides sanguins (de 18% dans l’essai REDUCE-IT) ainsi que son effet anti-thrombotique, la stabilisation ou la régression de la plaque d’athérome préexistante, l’effet anti-inflammatoire des métabolites dérivés de l’AEP, etc.

En conclusion, le présent article indique qu’un seul acide gras oméga-3 donné sous la forme d’une supplémentation en AEP peut offrir divers avantages pour la santé ainsi que la réduction et la gestion complémentaire des troubles chroniques, y compris les maladies cardiovasculaires.

Références :

  1. Thompson, M, Hein, N, Hanson, C, et al. Omega-3 Fatty Acid Intake by Age, Gender, and Pregnancy Status in the United States: National Health and Nutrition Examination Survey 2003-2014. Nutrients. 2019; 11; 177-190.
  2. Denomme, J, Stark, KD, Holub, BJ. Directly Quantitated Dietary (n-3) Fatty Acid intakes of Pregnant Canadian Women are Lower than Current Dietary Recommendations. J. Nutr. 2005; 135: 206-211.
  3. Simopoulos AP, Leaf, A, Salem, N, Jr. Workshop Statement on the Essentiality of and Recommended Dietary Intakes for Omega-6 and Omega-3 Fatty Acids. Prostagl. Leukot. Essent. Fatty Acids. 2000; 63:119-121.
  4. Global Recommendations for EPA and DHA Intake: https://goedomega3.com/storage/app/media/GOED%20Intake%20Recommendations.pdf
  5. Liao,Y, Xie, B, He, Q, et al. Efficacy of Omega-3 PUFAs in Depression: a Meta-Analysis. Transl. Psychiatry. 2019; 9: 190-198.
  6. Samieri, C, Feart, C, Letenneur, L, et al. Low Plasma Eicosapentaenoic Acid and Depressive Symptomology are Independent Predictors of Dementia Risk. Am. J. Clin. Nutr. 2008; 88: 714-721.
  7. Lucas, M, Asselin, G, Merette, C, et al. Effects of Ethyl-Eicosapentaenoic Acid Omega-3 Fatty Acid Supplementation on Hot Flashes and Quality of Life Among Middle-Aged Women : a Double-Blind, Placebo-Controlled, Randomized Clinical Trial. Menopause. 16: 357-366.
  8. Chang, JP, Su, KS, Mondelli, V, et al. High-dose Eicosapentaenoic Acid (EPA) Improves Attention and Vigilance in Children and Adolescents with Attention Deficit Hyperactivity Disorder (ADHD) and Low Endogenous EPA Levels. Transl. Psychiatry. 2019; 9: 303-311.
  9. Bhatt, DL, Steg, PG, Miller, M, et al. Cardiovascular Risk Reduction with Icosapent Ethyl for Hypertriglyceridemia. New Engl. J. Med. 2019; 380: 11-22.
  10. Yokoyama, M, Origasa, H, Matsuzaki, M, et al. Effects of Eicosapentaenoic Acid on Major Coronary Events in Hypercholesterolemic Patients (JELIS): a Randomized Open-label, Blinded Endpoint Analysis. The Lancet. 2007;369:1090-1098.

Ce billet vous plaît ?