logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

L’association de deux pandémies : COVID-19 et la carence en vitamine D par le Dr Michael Traub

Le 11 mars 2020, l’Organisation mondiale de la santé a annoncé la mise en place d’un système d’information sur les maladies infectieuses. La Commission européenne a estimé que le nouveau foyer de maladie à coronavirus (COVID-19) constituait une pandémie mondiale. L’incidence des nouveaux cas de COVID-19 a continué à s’accélérer, tandis que l’incidence des nouveaux décès est restée stable. relativement stable. Depuis le 18 octobre, plus de 40 millions de cas et 1,1 million de décès ont été signalés dans le monde, avec plus de 2,4 millions de nouveaux cas et 36 000 nouveaux décès signalés au cours de la période précédente. semaine. (1)

La carence en vitamine D a également été décrite comme pandémique, en particulier en Europe. Indépendamment de l’âge, de l’origine ethnique et de la latitude, des données récentes montrent que 40 % des Européens présentent une carence en vitamine D (taux de 25-hydroxyvitamine D (25(OH)D) < 50 nmol/l), et 13 % une carence sévère (25(OH)D < 30 nmol/l). (2)

Les risques de carence en vitamine D sont l’obésité, les personnes âgées, le manque d’exposition au soleil, la peau foncée, le tabagisme, l’exposition à la pollution atmosphérique et les comorbidités telles que l’infection, le cancer, les maladies cardiovasculaires, les maladies respiratoires chroniques, l’ostéoporose, la sarcopénie et le diabète sucré. Il est clair qu’une grave carence en vitamine D augmente considérablement le risque de mortalité, d’infections et de nombreuses autres maladies. En tant que telle, elle doit incontestablement être évitée dans la mesure du possible. (3)

Ces pandémies qui se chevauchent ont été qualifiées de “scientifiques”. strabisme”, et en raison de l’urgence de la pandémie de coronavirus, la association de COVID-19 et de La carence en vitamine D est devenue un domaine de recherche actif. Toutefois, le les données disponibles sont actuellement préliminaires par nature, du fait que l’on ne dispose pas encore de l’ensemble des données nécessaires à la mise en œuvre du programme. a commencé il y a seulement quelques mois.

Précoce Cependant, des études ont suggéré que la carence en vitamine D semble être un risque très important pour la santé publique. facteur de gravité de l’infection par COVID-19. Un article a fait état de la gravité des infections par COVID-19 en ce qui concerne les maladies infectieuses. à la concentration en 25(OH)D dans trois pays asiatiques. Sur 49 patients atteints d’une 47 présentaient des concentrations sériques de 25(OH)D >30 ng/mL par rapport à la moyenne de la population. seulement quatre des 59 patients présentant des symptômes ordinaires, deux des 56 patients sévères et deux des 48 patients en état critique. Les concentrations moyennes de 25(OH)D dans le sérum pour les patients légers, ordinaires, Les valeurs pour les patients en état grave et en état critique étaient respectivement de 31, 27, 21 et 17 ng/mL. (4)

Pour réduire le risque d’infection, il est recommandé de de prendre 10 000 UI/j de vitamine D3 pendant quelques jours. semaines pour augmenter rapidement les concentrations de 25(OH)D, puis 5000 UI/j. L’objectif devrait être d’augmenter les concentrations de 25(OH)D au-dessus de 40-60 ng/mL (100-150 nmol/L). Pour le traitement des personnes infectées par COVID-19, des doses plus élevées de vitamine D3 sont nécessaires. peut s’avérer utile. (5)

Les personnes atteintes d’une maladie chronique présentent généralement un faible taux de 25(OH)D concentrations. Il est également reconnu que les Noirs ont des taux de mortalité beaucoup plus élevés que les hommes. Taux d’infection et de mortalité du COVID-19. (6)

Sur la base de l’enquête nationale sur la santé et la nutrition (National Health and Nutrition Examination Survey) (NHANES) 2001-2010, la prévalence des concentrations sériques de 25(OH)D <20 ng/mL était de 72 % pour les Noirs non hispaniques, de 43 % pour les Hispaniques et de 19 % pour les Noirs non hispaniques. Les blancs non hispaniques, avec une prévalence de <10 ng/mL de 17% dans les NHB. (7) Parmi tous les facteurs de risque d’infection par le COVID-19 chez les Noirs, L’augmentation des concentrations sériques de 25(OH)D est le problème le plus facile à résoudre.

Commentaire :

Tous les médicaments et compléments alimentaires peuvent avoir des effets secondaires indésirables. Si la vitamine D3 à haute dose est considérée comme un médicament, elle diffère des médicaments pharmaceutiques en ce sens qu’elle présente de nombreux avantages secondaires. Il existe de plus en plus de preuves que la vitamine D3 peut réduire le risque et la gravité des infections des voies respiratoires et du COVID-19. Les mécanismes sont connus, les concentrations élevées de 25(OH)D présentent de nombreux avantages pour la santé et la supplémentation en vitamine D3 n’a que très peu d’effets indésirables. La vitamine D3 a démontré son efficacité dans la réduction du risque d’incidence globale du cancer et de décès, ainsi que du risque d’évolution du pré-diabète vers le diabète. Il y a donc beaucoup à gagner et peu à perdre avec une supplémentation en vitamine D3 dans le cadre de la prévention du COVID-19.

D’autres études sont nécessaires pour mieux déterminer les pour la protection contre l’infection par COVID-19. Randomisé Des essais contrôlés et des études sur de grandes populations sont actuellement menés pour évaluer ces recommandations.

Références :

  1. Organisation mondiale de la santé (2020) Coronavirus (COVID-2019). Genève : Organisation mondiale de la santé. https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/situation-reports/ (consulté en anglais). 20 octobre 2020)
  2. Lips P, Cashman KD, Lamberg-Allardt C, et al. (2019) Current Statut de la vitamine D dans les pays d’Europe et du Moyen-Orient et stratégies pour y remédier prévenir la carence en vitamine D : une prise de position de l’European Calcified Société des tissus. Eur J Endocrinol 180, P23-P54.
  3. Schleicher RL, Sternberg MR, Looker AC, et al. (2016) Estimations nationales des taux sériques totaux de 25-hydroxyvitamine D et de 25-hydroxyvitamine D. concentrations de métabolites mesurées par chromatographie liquide en tandem de masse dans la population américaine au cours de la période 2007-2010. J Nutr 146, 1051-1061.
  4. Alipio M.M. La supplémentation en vitamine D pourrait Amélioration possible des résultats cliniques des patients infectés par le coronavirus-2019 (COVID-2019) SSRN Electron. J. 2020 Apr 9
  5. Grant WB, Lahore H, McDonnell SL, et al. Il est prouvé que la vitamine D La supplémentation pourrait réduire le risque d’infections par la grippe et le virus COVID-19, ainsi que le risque d’infection par le virus de l’immunodéficience humaine. Décès. Nutrients. 2020 Apr 2;12(4):988
  6. Garg S, Kim L, Whitaker M, et al. Taux d’hospitalisation et caractéristiques des patients Hospitalisés avec une maladie à coronavirus confirmée en laboratoire 2019-COVID-NET, 14 États, du 1er au 30 mars 2020. Morb. Mortel. Wkly. Rep. 2020;69:7
  7. Liu X, Baylin A, Levy PD. Carence et insuffisance en vitamine D chez les adultes américains : Prévalence, facteurs prédictifs et implications cliniques. Br. J. Nutr. 2018;119:928-936)

Ce billet vous plaît ?