logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Supplémentation en vitamine D et survie au COVID-19 par le Dr Carissa Doherty, ND

En date du 27 avril 2021, plus de 3 millions de décès dus au COVID-19 ont été confirmés.

Les chercheurs de cette étude intitulée “Vitamin D and survival in COVID-19 patients: A quasi-experimental study”, ont émis l’hypothèse que la vitamine D pourrait améliorer l’issue défavorable du COVID-19 en 1) régulant le système rénine-angiotensine (SRA), 2) l’immunité cellulaire innée et adaptative, et 3) en améliorant les barrières physiques immunitaires.

Cette étude a mis en évidence les recherches précédentes qui ont montré que l’hypovitaminose D est plus fréquente d’octobre à mars aux latitudes nord et que ces latitudes ont connu les taux de létalité les plus élevés de COVID-19 en hiver 2020.

Le Dr Cédric Annweiler, MD, PhD, et son équipe de recherche ont pris note d’autres recherches qui ont observé une association inverse entre de faibles niveaux de vitamine D dans le sérum et le nombre de cas de COVID-19 ainsi qu’avec la mortalité liée au COVID-19.

La conception de cette étude de recherche était de voir si une association entre la supplémentation en vitamine D3 et la mortalité par COVID-19 existait dans un groupe de résidents âgés en maison de retraite qui ont été infectés par le SRAS-Co-V-2. L’objectif de l’étude était de déterminer si une dose importante de supplémentation en vitamine D prise pendant ou juste avant le COVID-19 améliorait la survie de ces résidents. Et le second objectif était d’évaluer l’efficacité de la supplémentation en vitamine D dans l’amélioration de la sévérité de l’infection.

La population étudiée était composée de résidents d’une maison de retraite de taille moyenne dans le Rhône, dans le sud-est de la France. Ces résidents ont été fortement touchés par le COVID-19 en mars-avril 2020; 96 patients ont contracté le virus.

L’intervention réelle de l’étude consistait à administrer aux résidents une dose orale unique de 80 000 UI de vitamine D3. Le groupe d’intervention a été défini comme étant tous les résidents du COVID-19 qui ont reçu leur dose orale de vitamine D soit dans la semaine suivant la suspicion ou le diagnostic du COVID-19, soit au cours du mois précédent. Le groupe de comparaison correspondait à tous les autres résidents de COVID-19 n’ayant pas reçu de supplémentation récente en vitamine D.

La supplémentation en vitamine D3 était associée à une mortalité inférieure de 68%. Les résultats ont montré une mortalité de 17,5% dans le groupe d’intervention contre 55,6% dans le groupe de contrôle.

Commentaires

Cette étude a conclu que la supplémentation en bolus de vitamine D3 pendant ou juste avant le COVID-19 était associée à un COVID-19 moins sévère et à un meilleur taux de survie chez les personnes âgées fragiles.

Références :

Annweiler, C., et al., Vitamin D and survival in COVID-19 patients: A quasi-experimental study. J Steroid Biochem Mol Biol, 2020. 204: p. 105771.

Ce billet vous plaît ?