logo
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le vaccin COVID-19 peut-il affecter les résultats des mammographies ? Par Dr Tori Hudson, ND

Il ne s’agit pas d’un blog qui traite de la sécurité et de l’efficacité du vaccin COVID-19, ni d’un blog qui traite de la question de savoir si et quand votre patiente doit passer une mammographie de dépistage. Il s’agit de la façon dont le vaccin COVID-19 peut affecter temporairement les ganglions lymphatiques qui peuvent alors donner un faux résultat à la mammographie.

Tout d’abord, il n’y a aucun lien entre le vaccin COVID-19 et le cancer du sein. Mais ce que les radiologues constatent, c’est que chez certaines femmes, le vaccin peut provoquer une hypertrophie temporaire de certains ganglions lymphatiques, qui peut ensuite entraîner une mammographie “faussement positive”.

Le vaccin COVID-19 est similaire aux autres vaccinations à cet égard. Les ganglions lymphatiques situés sous l’aisselle, près de l’endroit où une personne a reçu un vaccin, peuvent s’hypertrophier dans le cadre de la réponse immunitaire normale au vaccin. Ce phénomène a parfois été observé auparavant avec les vaccins contre le zona, la pneumonie, la diphtérie, le tétanos et la coqueluche, ou même la grippe. Il pourrait également y avoir une réponse immunitaire plus importante au niveau des ganglions lymphatiques si l’on se fait vacciner contre la grippe au même moment ou presque qu’un vaccin supplémentaire COVID-19. Le vaccin COVID-19 provoque une réponse immunitaire plus intense que la plupart des autres vaccins, mais en fait, c’est ce que nous souhaitons afin d’offrir la meilleure protection. Pour les vaccins en deux parties, la réponse ganglionnaire plus importante peut apparaître après la première ou la deuxième injection. Cette réaction des ganglions lymphatiques, si elle se produit, reprendra sa taille normale en quelques semaines.

Si la mammographie montre un élargissement des ganglions lymphatiques et qu’il n’y a pas d’explication évidente à ce changement, le radiologue est susceptible de considérer qu’il s’agit d’un résultat anormal. Cela signifie une mammographie de rappel pour d’éventuelles vues supplémentaires, mais aussi une échographie des ganglions. Une fois les ganglions lymphatiques mesurés, il y aura probablement une autre échographie dans 3 mois pour s’assurer du retour à une taille normale. Il peut également y avoir des biopsies sélectives des ganglions lymphatiques. Cette chaîne d’événements ajoute aux coûts et à l’anxiété.

Les radiologues des centres de mammographie recommandent désormais systématiquement d’attendre 4 à 6 semaines après le vaccin COVID-19 (et maintenant probablement tous les vaccins) avant la mammographie de dépistage. Dans ma région, on demande aux patients s’ils ont reçu le vaccin COVID-19 et quand ils l’ont reçu, et on leur demande d’établir un calendrier à six semaines d’intervalle. L’autre option, bien sûr, est que les femmes qui passent des mammographies de dépistage le fassent avant de recevoir le vaccin.

Cependant, si la mammographie est une mammographie de diagnostic, il est recommandé de ne pas la retarder. S’ils constatent l’apparition d’une hypertrophie des ganglions lymphatiques/douleurs dans la région du sein après le vaccin COVID-19, il convient d’évaluer cette situation et de recommander un suivi approprié.

Pour rappel, les patientes doivent savoir qu’il n’y a aucun risque de cancer du sein associé au vaccin COVID-19. Et les patients doivent être rassurés sur le fait que l’élargissement temporaire des ganglions lymphatiques après le vaccin signifie que le système immunitaire répond de manière appropriée.

Resource : National Comprehensive Cancer Network. https://www.nccn.org

Ce billet vous plaît ?